Category: Si Saint-Martial m’était conté (page 2 of 6)

Petites histoires du temps jadis en Dordogne

Si Saint-Martial m’était conté, lettre 14

smdv-perigord (8)Sur la route…

…  » Il y a même un four à pain  » m’annonce ma fille.
Où ?
Au Grand Breuil. C’est un joli hameau.
J’y cours.
Enfin, façon de parler, étant données mes difficultés actuelles à me mouvoir.
Mais le transport en voiture jusqu’à cet endroit est déjà un plaisir..
Je dépasse Montcheuil et, après avoir longé les champs moissonnés, je me perds du côté de Lord, sans doute parce que j’y ai des amis, et parce qu’à proximité on peut rouler sur des portions de routes ombragées.
Certaines, en Périgord Vert, bordées de chênes et de châtaigniers, sont de véritables monuments historiques.
J’aime les arbres. Alors, pour moi, en couper sans raison valable est un assassinat, et la tempête une furie meurtrière.
Les fougères défendent encore les bois, avant que bientôt je déshabille la forêt
 » mousse à mousse, feuille par feuille…  »
Mais je les dédaigne lorsqu’elles commencent à roussir et à se recroqueviller sur la terre nourricière.
 » Le Grand Breuil  » n’est plus indiqué, et pourtant j’y arrive, je sais que c’est ici, tant je me rappelle l’explication de ma fille.
Oui, il y a deux maisons ancestrales, avec leur tour carrée. L’une d’elles semble profiter d’une belle rénovation. Le point de vue est grandiose : On voit aisément les bâtiments de Nontron.
C’était une promenade.
Qu’est-ce qui compte en vérité : l’aboutissement ou le chemin faisant ?
La réalité de l’endroit ou l’impression globale d’un lieu qui a sans doute connu une belle histoire ?

Agnès DESAGES

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr
Share

Si Saint-Martial m’était conté, lettre 13

smdv-perigord (8)Sur la route de Chabans…

Bien sûr, je fais une halte devant notre église. Pour ma part, elle fut le lieu de bien des célébrations et fêtes familiales.

Mais ce que j’ai en tête, c’est la réflexion que me fit, il y a deux ans, le réceptionniste d’un château que je visitais dans le Lyonnais. Après m’avoir demandé mon département d’origine, il s’exclama :  » 24 ! c’est la Dordogne. Ah, chez vous , il y a de beaux villages, des châteaux partout, et au moindre détour, une délicieuse église romane !  »

Oui, nous somme riches d’un beau patrimoine.

En face de l’église, devant le cimetière, autrefois trônait un orme majestueux. Il fut le témoin de biens des photos de groupes lors de mariages.

J’avance à petits pas, l’oeil rivé au muret qui borde le terrain adjacent. J’y cherche…..

Des décennies en arrière, toujours ce souvenir précis : celui de soirées de fin d’été, lorsque, après un orage, j ‘accompagnais ma grand-mère qui venait ici dénicher des escargots. Elle les mettait alors dans son panier à salade que nous remplissions très vite.

A cette trouvaille s’alliait la magie du moment : c’était la nuit, ma grand-mère tenait à la main une lampe-tempête ; nous chuchotions…. sans doute pour ne pas réveiller les fantômes du cimetière voisin.

Atmosphère très mystérieuse pour une enfant….

Agnès DESAGES

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr
Share

Si Saint-Martial m’était conté, lettre 12

smdv-perigord (8)Sur la route…

Je ne sais pas pourquoi, sur cette route pentue qui fait souffrir les chevilles et m’impose quelques haltes pour souffler, je m’obstine, régulièrement, au printemps ou en automne, comme si j’allais à la recherche d’un trésor.

Mais quel est-il ?

Cette promenade de la vie renouvelée qui éclot et couvre les talus dès que l’hiver se tapit ?

Ou bien l’odeur de l’humus, de feuilles mortes, dissimulant des champignons hélas souvent non comestibles, et même peut-être vénéneux ? Il faut donc se contenter de repousser les feuilles avec un bâton et se satisfaire de les dénicher, mais sans y toucher.

A droite, je laisse deux maisons chez  » Le Père ». Sur ma gauche, une construction plus récente profite d’un environnement spacieux et calme.

Puis je longe l’arrière du parc, chez les Foucaud – Baglione.

Aujourd’hui, je n’entends pas frapper de balles de golf.

Et me voici arrivée sur le  » Pont des Fainéants  » enjambant l’ancienne voie ferrée, hélas encore dans un état d’abandon. On rêve toujours de l’aménagement d’une voie verte, comme il en existe déjà plus à l’ouest. Mais les fonds manquent, paraît-il, pour transformer ce chemin dont les viaducs ornent la vallée du Bandiat.

C’est ici la frontière de notre commune.

Comme pour toute frontière, ce n’est pas forcément une barrière mais l’invitation à entrer dans un autre territoire, avec la convoitise de découvrir la nouveauté.

Ici, il s’agit simplement de la limite avec la commune de Nontron !

Alors, comment l’exprimer sinon comme un passage de la campagne……vers la ville ? !

Agnès DESAGES

Enregistrer

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr
Share
Older posts Newer posts

© 2017 Saint-Martial de Valette

Theme by Anders Noren... Site réalisé par mcmg.bizUp ↑