saint-martial-de-valette-cartes-postales-anciennesPréambule par Jean BRIQUET (extrait):

Tous ceux qui font de la recherche historique ou des curieux d’histoire locale, sur le Périgord, connaissent  »le Brugière  », comme on dit  »le Littré  ». Mais qui était le chanoine Brugière ?

Hippolyte Brugière est né le 24 juin 1831, à Chalagnac, où son baptême fut célébré le 18 août par le curé Labat, qui avait déjà procédé à son ondoiement (baptême d’urgence donné à un enfant en danger de mort), le 24 juillet. Il est décédé le 4 mai 1922, à la maison de retraite de la Madeleine de Bergerac, à près de 91 ans.

Brugière n’était pas un historien, mais il a bien servi l’histoire du Périgord en mettant à notre portée une documentation prodigieuse, résultat de ses compilations au sens positif de ce terme.

C’est ainsi qu’à partir de la masse de ses notes, reprises, classées, retranscrites, il édifia pour son usage personnel ce monument de 32 volumes in 4°  »l’ancien et le nouveau Périgord » qui viendra plus tard enrichir les archives diocésaines.

D’après Mgr Mayjonade, à qui ces Archives doivent également beaucoup, du 7 mars 1884 au 26 février 1892, Brugière a rempli 419 feuilles de 12 pages chacune, soit 5 028 pages.


Saint Martial de Valette : 1080 hab, dont 160 au bourg. 400 communiants ; 1502 Hectares ; altitude 158 mètres à 263 ; 2km de Nontron, à 46 km de Périgueux.

-Revenus (commune en 1884) = 6477 livres.

-Revenus (fabrique en 1881) 465 livres.

-Sol : terrain primaire. Oolite inférieure.

Carrière : Oolite moyenne. Crétacé inférieur. Mélasse ferrugineuse. Tuileries.

Cette commune renferme plusieurs coteaux ; elle est arrosée par la petite rivière du Bandiat et trois ruisseaux :

-1° celui de la fontaine du village de Sabouret.

-2° le ruisseau qui sort de l’étang du château de Montcheuil.

-3° le ruisseau qui provient de la fontaine du village du Grand Breuil et de Fargeas.

Tous trois vont se jeter dans le Bandiat.

La terre de médiocre qualité en général est une grouille très sèche. Il existe une carrière dont le cartelage est de première qualité pour la bâtisse.

Il y a au bourg une fontaine très abondante, deux sources au-dessous de l’église. L’air est sain. Il n’y a que quelques familles bourgeoises, le reste de la population est agricole.

L’esprit y laisse beaucoup à désirer sous le rapport religieux en raison du voisinage de Nontron.

Titulaire et Patron : St Martial de Limoges, 30 juin.

Statistique de l’Évêché : on fête encore la Nativité de la Ste Vierge et l’Ascension, cette dernière par un pèlerinage au Petit-St-Martin. Cette paroisse était à la collation de l’Évêque de Limoges dont elle dépendait.

Pendant la révolution, lorsqu’on eut supprimé officiellement les saints, cette commune fut appelée Valette les Eaux, mais la Révolution ayant pris fin, elle repris son ancien nom de St Martial de Valette.

Eglise : Cette église romane, du XIIe siècle, sans abside, c’est un parallélogramme de 25 m sur 7 m, offrant de l’intérêt au point de vue archéologique. Il y a cinq croisées romanes dont 3 dans le choeur. Sa voûte est ogivale en pierre de taille et bien conservée. Les voussures du portail contiennent des figures symboliques et curieuses mais dont la facture montre un peu l’enfance de l’art. Ce sont des combats de taureaux, des coqs, des chevaux, des béliers, un baril etc. Les chapiteaux sont ornés de palmettes et de tailloirs soignés ; ils sont privés de leurs colonnes. Il y a deux crédences : celle du côté de l’épître porte des ornements sculptés et devait servir suivant l’usage de l’époque à contenir les Saint-Sacrement.

L’église porte encore la croix de son ancienne consécration. Elle aurait été, d’après une tradition populaire, construite miraculeusement. Il y a 3 autels, point de chapelles.

La sacristie, qui est du côté de l’épître renferme un jolie vestiaire ; porte extérieure. Tribune.

Objet d’art : Fers à hosties (genre de gaufrier qui permet de réaliser plusieurs hosties), très anciens on y voit représentés le Christ en croix avec, à ses pieds, deux saintes femmes, la résurrection, le monogramme IHS.

Cloches : 1°  »en l’honneur de l’Immaculée Conception, Pie IX pape. N.J.Dabert, évêque de Périgueux. L.A. Rispal, curé. Parrain M° Philippe Thibault Moreau de St Martin. Marraine : Mme Albert Moreau de St Martin, née Léonarde, Angèle de Moneys d’Odières. A Vauthier, fondeur à St Emillion. » 1877.

2°  »En l’honneur de St Joseph. Pie IX pape. N.J. Dabert, évêque de Périgueux. L. A. Rispal curé. Parrain Philippe Moreau de St Martin. Marraine Mme Soeur Ange-Thérèse, née Marthe-Néolie Moreau de St Martin. A Vauthier fondeur à St Emillion » 1877.

Cimetière : proche, trop exigu.

-Presbytère : attenant. 6 pièces.

-Jardin : de 8 ares dont la moitié appartient à M° de Montcheuil (Archive de la Dordogne. RYG. N° 114 et Q 550 N° 105).

Valette-les-Eaux. Vente à Moreau St Martial cultivateur :

-1° la ci-devant église de la commune de Valette les Eaux ci-devant St Martial…plus la maison ci-devant presbytère et le bâtiment et jardin.

-2° la chapelle dite ci-devant de St Martin située à la dite commune de Valette-les-Eaux … est comprise une maison et petit jardin de Nicolas Demoulin, émigré.

Confréries du sacré Coeur et du scapulaire : Il y a à St Martial une confrérie semblable à celle de Notre-Dame-des-Clercs de Nontron. On porte à la boutonnière les mêmes insignes : rubans de couleur blanche ou bleue ; on achète aux enchères le privilège de porter la vierge, les bannières etc…

-2 écoles, – 10 mendiants, – 3 cabarets.

Dans le bourg : chapelle St Anne qui sert de grange.

Petit St Martin : A un kilomètre environ de St Martial, dans l’une de ces étroites vallées qu’arrose le Bandiat se trouve la chapelle du Petit-St-Martin. De temps immémorial de nombreux pèlerins se rendent à cette chapelle le jours de l’Ascension, se font lire les évangiles et vont ensuite boire et se laver à une fontaine voisine pour obtenir des grâces particulières. Au témoignage des pèlerins et des vieillards de l’endroit c’est bien St Martin qu’on prétend honorer, quelques-uns même poussent ce culte jusqu’à la superstition en apportant quelque peu d’avoine pour le cheval de St Martin. Ce pèlerinage a été, dit-on, l’occasion de quelques abus. Tout en s’efforçant d’y remédier, nous pensons que loin de mettre des entraves à ce pèlerinage, il est bon de le favoriser et profiter de l’occasion pour prêcher au peuple et lui rappeler ses devoirs. Cette chapelle qui, dit-on, a été fondée au XIIe siècle par la maison de St Sauveur, tombait en ruines ; elle a été restaurée en 1888.

Curés de St Martial de Valette. De Basset, vicaire. 1679 ; Merlier, curé.1679. 1680 ; G. Rond, c. 1681 ; Desmaison.1751/1756 ; Labrunie. 1756/1774 . Faurien de Villompré 1794/1792. Blancheton. v. ; Faurien de Villompré. AT. 1803 ; P. Lavalette A. 1803 ; Pastoureau Labesse 1812/1825 ; Dias. 1828/1830 ; Fabre. 1831/1842 ; Praladier. 1842/1844 ; Aleth 1844/1847 ; Reix. 1847/1862 ; Rispal. 1862/1888 .

A 600 mètres environ, dans un champ, une tour carrée, ancienne appelée  »Tour de la Jarrige ». Il y avait là une chapelle.

-Château de Montcheuil et St Martial : qui n’offrent pas d’intérêt comme monuments. (voir ma feuille autogr. Prise de possession de M. de Montcheuil (24.2°).

(Archives de Pau. E 600.1263.1490). Dénombrement des fiefs payés par Pierre Tizan, chevalier, à Itier de Magnac pour ce qu’il tenait dans la paroisse Saint-Martial-de-Valette.

L’abbé de Galard, prieur de Nontron et la dame abbesse de St Ausonne, gros et entiers décimateurs de Nontron et de St-Martial-de-Valette (1721). (arch. de la Dord. B.906. 1775.1777). La dame Abbesse de Saint Ausonne est condamnée à payer à Mr. M° Thibault Faurien de Villompré la somme de 625 £ pour le service par lui fait dans la cure de St-Martial-de-Valette pendant cinq quartiers échus.

(sbid. B325. 1721. 1722). Messire Antoine Albert, prêtre, doct. En théologie, curé de la ville et paroisse de Nontron et de St-Martial-de-Valette, son annexe, demande le paiement de la pension annuelle de 300 £ qui lui est due, pour les deux vicaires de secours qu’il est obligé de tenir, l’un pour Nontron et l’autre pour St-Martial-de-Valette savoir : 150 livres par le seigneur abbé de Galard, prieur de Nontron, et pareille somme de 150 £ par la dame abbesse de St Ausonne d’Angoulême, gros et entiers décimateurs de Nontron et de St-Martial-de-Valette.

Pont à 3 arches : sur le Bandiat. Fait en 1786.

Familles : de Moreau de Montcheuil, de Villejalet, de Pindray.

Superstition : Conjurations et invocations pour les douleurs, de jambes, et les éruptions. On fait tourner le tamis avec une branche de ciseaux pour découvrir les vols etc…

On ne se marie pas le mercredi, jour néfaste.

Grand merci à la Société Historique et Archéologique du Périgord.—– Fonds Pommarède

1 votes

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr
Articles à découvrir:
Stop au gaspillage alimentaire ! C'est l’année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire. Chaque année en France, une personne jette en moyenne 7 kg de produits alimentair...
La piscine de Saint-Martial de Valette – l&r... L'Ovive refait son site internet et nous présente ses tarifs et horaires. Vous y découvrirez également toutes les informations de la piscine de notre ...
Information de la préfecture Par arrêté du 30 décembre 2016, le préfet de région a modifié les limites territoriales des arrondissements de la Dordogne. Nous concernant, voici de...
Les fêtes de fin d’année 2014, 2015… e... Bien entendu, évidemment, naturellement, nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2015. Nous espérons que vous pourrez vivre en bonne santé, a...
Le marché aux cèpes de Saint-Saud Lacoussière Saint-Martial-de-valette Le marché aux cèpes de SAINT-SAUD LACOUSSIERE ouvre lundi 20/10/2014. Marché réservé aux propriétaires forestiers ou leurs...