dordogne-perigord-vert-france (125)L’histoire se serait déroulée en 1640, à l’époque de louis XIII….. Cette légende prétend que l’une des cloches du village voisin d’Abjat-sur-Bandiat est immergée dans l’eau du Saut du Chalard.

Écoutez, chaque Jeudi Saint vers 14 h, elle sonne…..

Le seigneur de Vaucocourt, gouverneur de Thiviers, tomba amoureux d’une jeune fille originaire d’Abjat-sur-Bandiat.

Malheureusement, le coeur de la belle était déjà pris par un jeune homme du village. Le seigneur décida malgré tout d’aller enlever sa promise, accompagné d’une troupe de cavaliers.

Les habitants d’Abjat-sur-Bandiat et du hameau de Fargeas, d’où était originaire la belle, se mobilisèrent pour empêcher l’enlèvement. Lors de cette véritable bataille, le fiancé de la belle tua le seigneur mais malheureusement mourut, tué par l’écuyer du comte.

Le roi fut informé de cette rébellion et condamna tous les belligérants Abjacois à la pendaison et aux galères. Le marché et le tribunal d’Abjat-sur-Bandiat furent supprimés, les impôts augmentés. Le roi ordonna également, punition suprême, de faire enlever les cloches du village. Le bourg, privé du secours du  »Bon Dieu », était condamné à disparaître.

On eut toutes les peines du monde à faire descendre les cloches. Volonté divine ou fait du hasard, l’une d’elles roula lors de son transport et tomba au fond du Saut du Chalard, dans un nuage d’écume.

Depuis ce temps-là, les Abjacois y viennent en pèlerinage. A quelques occasions, certains prétendirent entendre distinctement la voix pure du bronze monter des profondeurs du torrent, allant même jusqu’à couvrir son grondement.  »Sonna, Sonna, per tots los damnats d’Ajac », (traduction : Sonne, sonne, pour les damnés d’Abjat »).

On dit que la belle Claire de Fargeas mourut de chagrin et que son âme apparaît régulièrement sous forme d’un grand oiseau blanc, dans le clocher d’Abjat-sur-Bandiat, qui depuis a retrouvé ses cloches.

Si,  au gré de vos promenades dans les environs, vous croisez une couleuvre verte et jaune, cet animal est peut-être la réincarnation du seigneur de Vaucocourt.

Laissez-vous guider et émouvoir le temps d’une promenade dans cet endroit sans artifices, où il y fait bon vivre tout simplement.

-Regardez, écoutez, sentez, la nature vous parle.

Note: 3.5 / 5

G.B

Merci aux historiens du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr
Articles à découvrir:
Le Parc et les chauve-souris ont besoin de vous ! Le Parc régional lance un appel que nous pensons utile de diffuser le plus largement possible... "Dans le cadre de son programme Chiroptère, le Par...
Créer une association sur Internet La France est un pays associatif.  Nous avons la chance de pouvoir compter sur des centaines de milliers de bénévoles pour animer notre vie locale. C'...
Si Saint-Martial m’était conté, lettre 8 Promenade....... sur la route du moulin Dans notre pays tout en collines, marcher sur un terrain plat est chose rare. C'est pourtant possible quand ...
Si Saint-Martial m’était conté, lettre 6 FÊTES RELIGIEUSES ET PROFANES NOËL : ''La fête des enfants'' entend-on aujourd'hui. La fête de l'enfant né il y a plus de deux mille ans dans une ét...
L’armée recrute en Dordogne Nous venons de recevoir une lettre du CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées). L'armée recrute et le fait savoir. Comme le ...
Share