Si Saint-Martial m’était conté, lettre 20

Si Saint-Martial m’était conté, lettre 20

smdv-perigord (8) Je reprends la route de Mareuil, que je quitte, quelques kilomètres plus loin, en direction des Bernardières.

Je connaissais l’existence du château, mais pas du hameau.

C’est une route étroite, en mauvais état, qui m’y conduit.

Au milieu des bois, sous un ciel maussade, une impression un peu dérangeante me gagne. On s’attendrait presque, en ces lieux retirés, à voir resurgir des bandits de grand chemin….

Puis l’horizon se dégage tout d’un coup. Un panneau impose trente à l’heure. Comment ne pas être tenté de ralentir tout-à-fait et de s’arrêter ?

J’aborde une personne qui vient d’arriver elle-même en voiture. Puis, sur ses indications, je me promène alentour.

J’emprunte un sentier herbeux, bien entretenu, entre deux murs de pierres sèches. Ici, je croise un chien qui vient à ma rencontre, et là un chat qui guette les passants, un autre étendu nonchalamment sur une terrasse. Nul animal agressif en ces lieux. Je poursuis donc mon chemin. Ici, un buis majestueux résiste encore à la maladie. Là, et encore là-bas, des yuccas arborent leur hampe blanche, alors que les miens ne fleurissent que tous les dix ans ! Pourquoi ?

Il est vrai qu’ici tout respire la santé.

Au fur et à mesure de ma découverte, je m’étonne de constater que presque toutes les maisons sont rénovées et habitées. Dans les jardins, du mobilier en fer forgé contribue à donner une note d’authenticité à cet endroit.

Je contourne une grange à moitié debout. Il reste donc encore des bâtisses à reconquérir ? Mais, en en faisant le tour, je découvre un mur aux pierres bien jointoyées encadrant une large ouverture en pierre de taille. Dans un coin, une vieille échelle en bois fait un clin d’oeil au passé et offre une invitation à venir poursuivre les travaux.

Des rosiers grimpants ornent la moindre façade.

Des rideaux aux fenêtres, quelques personnes actives dans les jardins : C’est une quiétude vivante. Un silence habité.

Cet endroit est séduisant.

A la sortie des Bernardières, je tourne à gauche vers Champeau. Je suis d’abord choquée par l’emplacement d’une scierie : Elle n’est même pas à l’entrée du village, mais  »dans » le village ! Le bruit des machines ne m’incite pas à m’arrêter.

Pourtant, je suis curieuse de franchir le mur d’enceinte, à ma droite : Après quelques marches en pierre, on passe une porte surmontée d’une croix. Puis, un terrain herbu. Un cimetière ? Non, puisqu’apparemment il n’y a pas de trace de tombe. Mais, au fond, une maison dont l’entrée est dominée par une majestueuse statue mariale. Alors, ancien couvent peut-être ?

Je voudrais m’adresser à la mairie pour en savoir davantage : Elle est fermée. Je guette le moindre habitant : Personne en vue. Je me dirige vers la belle l’église des 13 ème et 15 ème siècles, mais pas davantage d’explications. Il n’y a pas âme qui vive dans ce village ! Les portes sont closes. Il est vrai qu’il n’y a aucune incitation à s’attarder à l’extérieur, étant donné le bruit dominant de la scierie.

Quel contraste avec l’atmosphère du hameau précédent !

En reprenant mon itinéraire La Tour Blanche – Nontron, je me glisse vers des contrées sauvages à la recherche de La Chapelle Montmoreau.

Je fais d’abord fausse route et me retrouve au lieu-dit  »repaire » qui n’est pas un repère ! Je rebrousse chemin.

Dans le village enfin trouvé, le beau domaine de Montmoreau semble englober la chapelle-église paroissiale : Sans doute une certaine unité des lieux à l’origine, mais que les services de la mairie n’ont pu me certifier.

Une chance cependant : l’église est ouverte.

Murs blancs. Autel en bois sculpté bien ciré. La chaire et son escalier d’accès n’ont pas été ôtés.

Sur un mur extérieur, je relève sur une plaque :  »La mendicité est interdite dans le département de la Dordogne.  » C’est bien le seul vestige de ce genre que je connaisse.

Je quitte le village par une route en lacets, digne de nos bonnes vieilles montagnes. Mais je reviendrai fureter dans les parages.

Agnès DESAGES


©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr

Articles à découvrir:
Pour un Internet sans pub Vous en avez marre de toutes ces fenêtres publicitaires qui s'ouvrent quand vous naviguez sur Internet ! Voici la solution gratuite qui est en train ...
Tourisme en Périgord vert Les vacances arrivent et nous cherchons tous des informations pour les préparer. Si vous désirez venir en Périgord vert, excellente idée :), le site ...
Vacances à Bussière-Badil Liste d'hébergements de vacances à Bussière-Badil: BUSSIERE-BADIL TARTOU Dans le hameau de Tartou, 7 gites rénovés, poutres et pierres apparentes, ...
HISTOIRE DE LA FAMILLE MOREAU – DE – V... (BRANCHE DE - SAINT - MARTIN) -Jean-Marie-MOREAU-DE-SAINT-MARTIN : (né le 23 février 1757 à Saint-Martial-de-Valette, décédé à Busserolles le...
Le camping du Périgord vert Des campings en Périgord vert il y en a un certain nombre, comme nous l'avons montré dans un document présenté sur le site et librement téléchargeable...
Fermer le menu
error: Content is protected !!