Si Saint-Martial m’était conté, lettre 27

Si Saint-Martial m’était conté, lettre 27

smdv-perigord (8)En ces chaudes journées d’été, il n’y a pas que le Grand Etang de Saint-Estèphe pour attirer les visiteurs ! Les promenades aux alentours sont intéressantes !

Comment ai-je pu ignorer jusqu’à ce jour  »  Le moulin de Lapeyre  » ?

Je suis surprise d’être accueillie par des personnes que je connais : M° et Mme Devige. Ils ont cessé leur activité de fabricants de meubles à Nontron pour, en ce qui concerne Monsieur, se consacrer à l’artisanat de la  »coutellerie du Périgord », et aux collections d’outils, passion de toute une vie du propriétaire, me dit-on.

C’est donc un musée vivant, merveilleusement établi près d’un étang du même nom, et réparti sur plusieurs bâtiments rénovés avec goût, mais aussi avec courage, lorsqu’on considère le point de départ sur des photos : Des ruines totales, il y a seulement une dizaine d’années. Le maître-mot est bien sûr le moulin lui-même, avec ses deux roues actionnées par la force hydraulique. On y est invité par un meunier-boulanger qui peut aussi, à la demande, se servir d’un pressoir pour l’huile de noix.

Dans un autre bâtiment, c’est le forgeron qui façonne les lames ; ailleurs, son adjoint coutelier expose différents manches – dont le  »quatre couleurs » du Périgord – et la collection de bois précieux dont il fait usage.

Ce musée aligne aussi, dans une immense salle, des machines agraires, mais aussi à carder, à tisser, à raboter… ainsi qu’un ensemble de poids et mesures anciens, d’une époque que les plus âgés d’entre nous reconnaissent.

Le tout dans un espace ouvert et naturel.

C’est un endroit charmant, instructif, où la nostalgie du siècle passé cède vite à la curiosité et à l’enthousiasme pour un savoir-faire d’aujourd’hui.

Mais il y a encore d’autres endroits merveilleux autour de Saint-Estèphe !

Je décide donc de laisser le Grand Etang à ma droite et de poursuivre jusqu’au Bourdeix.

Question tournants, c’est pire. Mais quel plaisir de rouler lentement sur cette route ombragée. Heureusement, personne n’a envie de me doubler.

J’arrive alors au village et m’arrête entre l’église romane et la tour classée des XII ème et XIII ème siècles. C’est le donjon qui reste du premier château, du temps des luttes contre les Anglais sous Charles VII. Il y eut un deuxième château, cinquante mètres plus loin, au XV ème siècle, puis un troisième au siècle suivant. C’est sans doute l’évocation de ces trois châteaux qui figure sur le blason ornant une petite porte en bois de l’église, et le même, gravé dans la pierre, au-dessus. Rappel aussi du rattachement aux châteaux de cet édifice religieux.

Ce village perché offre une vue apaisante sur les bois, tout ce vert du Périgord qui lui vaut bien ce qualificatif.

Je vais poursuivre vers Etouars et ses forges : Mais ceci est une autre histoire.

Agnès DESAGES


©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr

Fermer le menu
error: Content is protected !!
Bonnes adresses en Périgord vert
Le cadastre de Saint-Martial de Valette
Fête de l’école 2016
Dessine moi un arbre
Et si j’osais les marchés publics ?
Fermer