Valette les eaux

Valette les eaux

Pendant la Révolution les ouvrages historiques nous indiquent que 1 200 villes ou villages furent renommés d’un nom révolutionnaire.

Par un décret du 25 vendémiaire an II (16 octobre 1793), la Convention nationale (septembre 1792-octobre 1795) demande aux communes de se doter d’un nom qui ne sonne ni “religieux” ni “royal”… et c’est ainsi que toutes les communes dont le nom commençait par « Saint » ou « Sainte » durent adopter un nouveau patronyme…


Mais la révolution exigea non seulement que les Saint/Sainte, Roy/Roi/Reine, Château/Castel, Évêque, Lys, Abbaye/Église/Chapelle, Moine, Abbé/Abbesse, Notre-Dame, Comte/Sire/Duc, Dauphin furent rayés du paysage de France, mais elle se donna les moyens de l’obtenir par de nombreux décrets qu’il était plus prudent de respecter.

“Certains noms sont changés par mesure de rétorsion, comme la ville de Lyon qui devint Commune-Affranchie ou Marseille qui s’appelle, très peu de temps, Ville-sans-Nom. Très peu de ces changements survivent à la Révolution. Seules 274 communes conservent leur nom révolutionnaire sous le Consulat et l’Empire, 86 d’entres elles le conservent ou le reprennent après 1814 . En effet, le 8 juillet 1814, Louis XVIII annule le changement de noms des communes rebaptisées par les sans-culottes.”

Et c’est ainsi que notre commune de Saint-Martial de Valette se nomma, pendant un bref instant de l’histoire: “Valette les eaux”…

Si l’idée parait un peu loufoque quand on la regarde avec nos yeux contemporains, on peut comprendre qu’à l’époque le peuple de France, privé de liberté et ne mangeant pas toujours à sa faim, eu cette initiative.

C’était pour nos ancètres, souvent peu éduqués, une manière de rayer de leur quotidien toute mention de l’oppresseur, qu’il fut religieux ou royal. Et certainement une manière de tenter naivement de faire disparaitre par la symbolique ce que les gens percevaient à juste titre comme les véritables responsables de leur malheur et de leur misère.

Pour entrer un peu plus dans les détails on notera que le nom de Valette a été conservé par les révolutionnaires. Mais d’où viendrait ce nom ?

Selon Pierre Henri Ribault de Laugardière dans sa monographie de Nontron , parue en 1888, De Valette serait le nom d’un lieu sur lequel était édifiée une ancienne Maison-Forte ou Repaire Noble du XI au XII ème siècle. “Cette maison avait été construite dans le vallon entre Nontron et St Martial, près du pont de Valette, sur le chemin de ladite ville à Brantôme, traversant la Grande Pouge, sur la colline limitrophe, de l’autre côté de la rivière. La maison forte fût convertie en Moulin au XVéme siècle comme en atteste des actes notariés datant de 1433”. Le repaire noble de Valette devient alors Le Moulin de Valette.


©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr

#saintmartialdevalette

Articles à découvrir


Rechercher dans Google qui référence le site de Saint-Martial... et des millions d'autres:

Partagez, faites connaître le Périgord vert...