Si Saint-Martial m’était conté, lettre 10

Si Saint-Martial m’était conté, lettre 10

smdv-perigord (8)

Sur la route…

Pour introduire mes promenades dans notre commune, j’ai envie de féminiser ce titre d’un ouvrage de Rousseau :  » les rêveries d’une promeneuse solitaire… »

Sur la route de Beauvoir, on dépasse rapidement le monstre de fer qu’est le transformateur. Je suis toujours surprise par la cohabitation de ce lieu technique avec des bâtiments dédiés à l’exploitation de la nature telle que s’offre la scierie. On hume l’air à la recherche d’essences boisées et on a envie d’écorcer les grumes qui stagnent à côté pour sentir leur bonne odeur sur les doigts.

A droite, une parcelle en jachère offre au printemps une moisson de fleurs champêtres, un florilège d’espèces et de couleurs.

Je bifurque vers Grolhier, avec le souvenir, il y a cinquante ans, d’un petit atelier de pantoufles dirigé par Messieurs Lastère et Houpert. C’était une époque où, dans notre secteur, tout entrepreneur digne de ce nom rêvait de monter sa fabrique de charentaises.

J’aime aboutir à la route de Périgueux en regardant avec tendresse cette simple maison périgourdine paysanne, typique avec son auvent de tuiles courant à l’étage, appuyé sur de solides piliers en pierre.

Ma première promenade était inscrite dans ma mémoire.

Je vais maintenant changer de chemin.

Agnès DESAGES


©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr

Fermer le menu
error: Content is protected !!
Locations, gites, hébergements de vacances, campings à Piégut-Pluviers
Contacter un service public
Pourquoi les Maires Ruraux de France se mobilisent
Faire garder ses animaux pendant les vacances à Saint-Martial
Attachement des jeunes à leur territoire, un film à voir !
Fermer