Gestion de l’eau… quelques chiffres clés

Gestion de l’eau… quelques chiffres clés

Cliquer pour agrandir

On parle souvent du dossier de la gestion de l’eau dans de nombreuses communautés de communes et parfois pour des raisons peu réjouissantes: Conflits d’intérets, mauvais entretien des canalisations, vétusté des installations et profits records pour les exploitants privés… bref, au niveau national ce sujet est à l’occasion, peu glorieux.

Nous vous proposons ce jour quelques chiffres concernant notre communauté des communes du Périgord vert au moment ou un nouveau bureau se met en place avec le projet ambitieux de maintenir des tarifs acceptables, mais également de veiller sur la préservation des ressources tout en développant l’entretien et la qualité du réseau… un challenge que la présidence nouvellement élue relèvera sans hésiter et nous lui souhaitons toute la réussite nécessaire pour le bien de tous. Mais nous le savons, il y a du travail et la nouvelle structure qui se mettra en place en 2021 devra éviter de nous réserver de mauvaises surprises car elle sera co-dirigée avec le privé.

Quelques chiffres donc, pour informer les habitants de Saint-Martial sur la gestion de l’eau… des éléments issus d’un document interne à la communauté des communes:

“Quels enjeux pour la production et la distribution de l’eau potable, aujourd’hui et demain?

L’enjeu environnemental
Le territoire de la Communauté de Communes du Périgord Nontronnais présente des enjeux environnementauximportants en matière de production d’eau potable. La géologie apporte une complexité particulière (70% granite, 25% calcaire et 5% alluvionnaire).Les études menées depuis 2009 montrent que la présence d’eau en quantité et en qualité se révèle rare et se concentre principalement sur la vallée de la Nizonne. Les ressources existantes et exploitées par la Régie de l’Eau sont présentes principalement sur le socle granitique et font donc l’objet d’une surveillance accrue par lamise en œuvre d’outils et d’actions de préservation renforcées, allant au-delà des obligations réglementaires. Des stations d’alertes sur les cours d’eau seront prochainement créées afin d’anticiper tous types de pollution. Enfin, de lourds investissements sécurisant la production de notre ressource principale sont engagés depuis 2012, sans oublier la recherche de nouvelles ressources en eau qui devrait se concrétiser en2021.

L’enjeu territorial
Les relations entre les usages agricoles, industriels, énergétiques et domestiques de l’eau ont toujours été liés à la protection de la ressource en eau sur le territoire de la régie de l’Eau. Les bonnes relations que nous entretenons avec l’ensemble des acteurs ont permis l’émergence du premier contrat territorial du Bassin Adour Garonne. Signé pour un programme d’action de 8M€ sur 5 ans et subventionné à 67%, celui-ci s’est achevé fin 2017. Depuis ce jour, la régie de l’Eau garde un rôle prépondérant sur la garantie du maintien des actions menées. Depuis le 1erjanvier 2018, dans le respect de la loi NOTRe (avant modification), la CCPN a pris la compétence Eau et confié son exploitation à la Régie de l’Eau.

L’enjeu économique
Depuis 2001, la Régie de l’Eau s’est engagée sur l’absence d’augmentation de la part collectivité. En 2011, une baisse de 6% de cette part collectivité a été appliquée sur l’ensemble des «petits» consommateurs(moins de 50m3/an). En travaillant sur le désendettement du budget et sur les sources d’économie dégagées, l’effort d’investissement a été maintenu et même renforcé. Ceci grâce à la mise en place d’un plan pluriannuel de travaux qui s’appuiesur un diagnostic ressources et réseaux réalisés conjointement par 3 bureaux d’études. Mis à jour en 2017, ce programme induit de lourds investissements qui seront pris en charge par la collectivité sans impact sur la facture des abonnés de la Régie de l’Eau, car ceux-ci sont planifiés et provisionnés depuis 2015.

L’enjeu technologique
La Régie de l’Eau s’est engagée dans la modernisation de tous ses équipements. Cela a commencé en 2009, avec le lancement de la modernisation du l’usine de Moulin Pinard et de la sectorisation de l’ensemble du réseau du distribution. Désormais, tous les sites de productions et de distribution sont reliés en temps réels via internet au service d’exploitation, de manière à assurer une surveillance permanente de l’ensemble des ouvrages. D’ici fin 2021, la surveillance sera renforcée et densifiée pour disposer d’une technologie en temps réel affinée sur les bourgs principaux et sur les nœuds névralgique de distribution afin d’atteindre le rendement cible de 85% à l’horizon 2030.

Le fonctionnement de la Régie de l’Eau
Jusqu’au 31 décembre 2020
la Production et la Distribution de l’eau potable sur les communes gérées par la Régie de l’Eau seront assurées par le biais d’un contrat d’affermage avec SAUR pour le territoire rural et SUEZ pour les parties urbaines de Nontron et St Martial de Valette.
Les sociétés SAUR et SUEZ ont la responsabilité du fonctionnement des ouvrages, de leur entretien et de la permanence du service. La Régie de l’Eau garde quant à elle la Protection de la ressource, le Transportet le Stockage. Ceci dans l’objectif de conserver la maîtrise des investissements et la propriété des ouvrages. Sur la zone de desserte SAUR, l’eau est distribuée à 6104 abonnés et, à 1896 abonnés sur la zone de desserte SUEZ. L’eau du SIDE provient principalement de la station de production du Moulin de Pinard à partir de l’eau de la retenue du même nom. La régie de l’Eau vend une partie de cette eau à des collectivités voisines. Elle dessert en eau potable les 8000 abonnés de ses 23 communes adhérentes pour une production annuelle d’environ 1000000m3 et une consommation des foyers d’environ 750000m3. Son réseau de distribution principal de 715 km de canalisations inclut 11 stations de surpressionet 14 réservoirs et châteaux d’eau. Avec un indice linéaire de perte inférieur à 0,8 m3/j/km en milieu rural et 1,2m3/j/km en milieu urbain, il est considéré comme bon selon les critères de l’Agence de l’Eau Adour Garonne.

A compter du 1erjanvier 2021
Suite à la renégociation entamée depuis juin 2018, une société d’économie mixte à opération unique (SEMOP) a été créée dans le but de proposer une offre innovante et tournée vers la co-construction en matière d’eau potable. La création d’une SEMOP, O’PERIGORD NONTRONNAIS, initie un modèle de coopération novateur et transparent pour la gestion du service de l’eau avec un actionnaire public, la Communauté de Communes du Périgord Nontronnais (40%), et un actionnaire privé, Saur (60%). Ce mode de gouvernance participatif permettra de suivre la réalisation des engagements contractuels et de disposer de l’information sur le fonctionnement du service en continu…”

Nous ne manquerons pas de venir de nouveau devant les habitants de Saint-Martial afin de les informer de ce dossier qui, avec celui des ordures ménagères, est un sujet sensible pour beaucoup d’entre nous.

Votre avis compte
Note: 4 / 5

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr

#saintmartialdevalette

Articles à découvrir


Rechercher dans Google qui référence le site de Saint-Martial... et des millions d'autres:

Partagez, faites connaître le Périgord vert...