Les objets de mémoire – lettre 3

Les objets de mémoire – lettre 3

Agnès Desages, habitante de Saint-Martial de Valette, nous livre des souvenirs de son enfance à travers ses lettres… Elle prépare également un livre mais c’est une autre hitoire… Nous en reparlerons.


Lettre N° 3

Musée…

Une collection de roches et de minéraux, complétée par des fossiles et… des bouts de poterie ancienne.

Elle commença par hasard, lorsque j’avais quatorze ans, en classe de troisième, et que notre professeur de sciences naturelles M° Laroze, nous emmena visiter, pour agrémenter son cours de géologie, une mine de phosphates. C’était au Maroc, à une dizaine de kilomètres de Khouribga.

C’est alors qu’un mineur, sous son coup de pioche, décela des dents de requin fossilisées et me les remit.

Au début, je ne savais qu’en faire. Cependant, ces souvenirs de ma région chérifienne me suivirent en France.

Avec le temps, je prenais conscience de leur rareté et de la valeur de ces trouvailles.

Plus tard, un ami, qui avait été prospecteur de champs pétrolifères au Sahara, m’offrit des palourdes fossilisées.

Entre temps, j’avais outrageusement dérobé quelques éléments interdits dans un mur d’huitres fossilisées, sur la colline de Sainte-Croix-du-Mont, en Gironde.

Le plus gros fossile, celui d’une ammonite géante, me fut offert par un élève dont le père travaillait dans les travaux publics et qui la trouva, ainsi que du bois pétrifié, sur le chantier d’une nouvelle route en région parisienne.

A ces vestiges de l’ère secondaire, j’ajoutai un rostre de bélemnite, des traces de cœlacanthe dans l’ardoise, des empreintes de fougère.

Je m’intéressai aux époques géologiques, achetai quelques ouvrages et appris les grandes classifications de roches afin de mettre un peu d’ordre dans ma collection qui s’enrichissait, au gré des cadeaux ou des voyages.

De ces derniers, je rapportai des quartz et des micas de Tunisie, des morceaux de lave de l’Etna, mais aussi des pierres ponces du Puy de Sancy, des schistes verts pyrénéens et des minéraux colorés d’origines diverses.

Une rose des sables s’effrite lentement, et du gypse fibreux, un autre en fer de lance, côtoient un morceau de soufre.

Je fis une entorse à ma collection de roches en y ajoutant des tessons de poterie du temps de Ramsès III, ramassés sur place, et de petits débris peints, trouvés sur le site de Jerash, à la frontière syrio-jordanienne. Des « morceaux » de Pétra, offrent encore au regard leurs strates colorées.

Tout ceci est rangé dans mon musée. Les cailloux de mon histoire sont dans l’ensemble intacts, et je continuerai, au gré de mes pérégrinations, à m’intéresser à ce qu’il y a sous mes pieds.

Agnès DESAGES

Votre avis compte
Note: 5 / 5

©Site officiel de la commune de Saint-Martial de Valette en Périgord vert - https://saint-martial-de-valette.fr

#saintmartialdevalette

Articles à découvrir


Rechercher dans Google qui référence le site de Saint-Martial... et des millions d'autres:

Partager le Périgord vert: